Chevauchement

 

LE CHEVAUCHEMENT

 

 

Le chien qui monte sur la jambe

Quoi de plus désagréable qu'un chien qui s'agrippe à la jambe du visiteur en simulant l'acte sexuel, est-ce un acte naturel ou pervers et comment corriger cette fâcheuse tendance (risque de chute pour un enfant ou une personne âgée) ?


Même chez les chiots

Dès la troisième semaine de vie on voit les chiots s'exprimer avec toutes les bases de comportement que l'on retrouvera chez l'adulte. Ils apprennent le comportement social et le langage de l'espèce, hors, le chevauchement du congénère est inscrit dans les gènes et apparaît à cet âge là, non pas avec une connotation sexuelle mais plutôt comme un acte qui vise à contrôler l'autre, à le " dominer ". On peut remarquer que cela n'est pas l'apanage des mâles mais que les femelles également ont la même attitude qui équivaut à la saisie du museau ou de la gorge dans les combats ludiques.


Entre adultes

On retrouvera ces mimiques entre adultes du même sexe ou des deux sexes, en dehors des périodes de rut, pour les mêmes raisons.

Tant que cela se produit de manière épisodique nous sommes dans une expression naturelle du comportement, on s'inquiétera s'il s'agit d'une obsession et qu'il ou elle le fait de manière continue. Cela peut être le résultat d'un manque de stimulations ou d'un stress ressenti dans le milieu, ce qui est souvent le cas dans les chenils surpeuplés. Au début il s'agit d'un comportement anodin de dominance, puis le chien se rend compte que les frottements répétés lui procure du plaisir, comme la destruction ou l'aboiement permettent d'éprouver une sensation agréable à partir du moment où cela permet d'échapper à l'angoisse du milieu.

L'un des critères d'appréciation qui permet d'établir qu'il s'agit d'un trouble du comportement, c'est que la séquence de copulation se poursuit longtemps avec des poussées du bassin. Cela peut être le fait d'un mâle ou d'une femelle.


Mariage officiel

Lors d'un accouplement entre un mâle et une femelle en chaleur, on assiste à une parade nuptiale qui a une fonction biologique pour préparer à l'activité. Dans la nature il intervient une importante notion de territoire, d'autre part c'est toujours le dominant qui a un accès prioritaire à la femelle réceptive. Si la femelle est en pré œstrus elle admettra les jeux mais se refusera à la monte (s'asseoir ou détourner le postérieur), par contre lors de la période de l'ovulation elle se présentera spontanément et détournera la queue pour inviter l'étalon.


Chevaucher les personnes

C'est envers les personnes que ce comportement est gênant, ou même dangereux, avec les enfants qui peuvent être griffés ou tomber au risque de se blesser.

Il peut s'agir comme avec les autres chiens d'une tentative de dominance, chez les chiens mal hiérarchisés, ceux qui ont un maître trop permissif qui laissent tout faire, ceux qui sont pris pour des enfants que l'on couche dans le lit et qu'on va jusqu'à nourrir à la main....

On peut également retrouver ce comportement chez des chiens n'ayant pas eu une socialisation correcte aux congénères à l'étape chiot. Il ne faut pas oublier que c'est pendant la période de l'imprégnation, que le jeune chien va identifier l'image de l'objet sexuel pour plus tard. S'il voit très peu de chien (départ trop tôt de l'élevage) ou pire encore s'il n'en voit aucun (chiot orphelin élevé au biberon) il considèrera l'humain comme son espèce et si plus tard l'odeur d'une femelle en chaleur vient jusqu'à lui, il ne cherchera pas à la rejoindre mais essaiera de "monter" sur un humain. On a vu des chiens élevés avec des chats ou avec des poules, tenter de copuler avec eux plus tard.

Il faudra différencier également, l'excitation passagère en percevant les effluves des phérormones (Pherein : transporter et Hormân : Exciter) d'une femelle en rut, qui poussent par frustration le mâle à s'exciter sur un meuble, un coussin, ou la jambe du maître et, la manie sexuelle permanente de l'animal qui a découvert comment s'auto stimuler.


Mais comment corriger ?

Il est évident que toute bonne éducation doit commencer le plus tôt possible. Lorsque l'on voit un chiot faire ce genre de tentative on doit immédiatement dévier l'attention en jetant la balle de jeu par exemple.

S'il s'agit d'une tentative de dominance (chiot agressif à la gamelle, qui se débat et mord lorsqu'il est dans les bras, etc.), il faut le repousser avec la main, le mettre à l'écart (jardin), élever la voix...

Avec le chien adulte on emploiera les mêmes arguments, on peut même pour certains chiens avoir recours à l'effet de surprise, comme la projection d'eau ou le collier à citronnelle ou à air que l'on déclenche à distance, s'il tente de chevaucher un enfant.

S'il s'agit d'un chien adulte qui cherche à dominer, on aura recours au protocole de rééducation qui permet de remettre en place la hiérarchie.

Si on a un chien sans pedigree ou si on ne désire pas faire reproduire, on peut également avoir recours à la castration. S'il est opéré avant la puberté ce comportement sexuel sera inexistant, par contre chez un adulte il faut savoir que le comportement sexuel persistera près d'un an surtout par l'effet de l'expérience acquise.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site